25/12/2005

/sur le fil/

Seul à traîner dans les étuis de la nuit. De soirées en fêtes, de derniers métros en stations de Taxi, il arrive parfois que je rencontre quelqu'un que j'ai fréquenté assidûment à un moment de ma vie, la saturation heureuse de se voir, et alors, il y a bien toujours un Café pour nous accueillir un moment, en souvenir de l'éperdu ; pour étaler son je m'en sors mieux que toi ; et si on écrit son je m'en sors mieux dans une glace à l'envers, son je m'en sors deviendrait peut-être mensonge.  
 

- On te voit partout en ce moment, dit Sam avisant un kiosque à journaux. Staline à côté il peut aller se rhabiller !

- Charmant parallèle, dis-je.

Sam me parle de Marco, un de ses amis qui devait lui organiser quelque chose avec une fille, un rendez-vous, un samedi soir, un piège faiblard de cet ordre.

- Il voulait me présenter une meuf dans mes cordes mais il a annulé.

- Une fille dans tes cordes, c'est quoi, une catcheuse ? crois-je bon de me renseigner avec amitié.

- Très drôle, non, une meuf qui aurait été susceptible de me plaire.

- C'est-à-dire une pas susceptible. Et alors c'en est où ?

- Hé bien il a annulé le rendez-vous sous prétexte qu'elle n'a pas une peau saine !!

- Sage décision. Tu veux dire, elle ressemblait à Hulk ? 

- Tu sais Raf, j'y ai longuement réfléchi mais je crois que je préfère Hulk à King Kong. Je le trouve plus humain.

- C'est la sagesse qui s'exprime par ta voix, mon vieux. Oui c'est vrai Hulk est plus humain que King Kong. Mais les filles, parfois, font des dégâts comme les gros Kong que nous sommes, et il faudrait de temps en temps leur offrir des masques de singes pour équilibrer le débat, pour leur rappeler ce qu'il y a à voir quand elles se regardent dans la glace. Il y a des jours bien difficiles bien amers où il y aurait rupture de masques de singes dans les magasins de jouets. Et parfois j'étais tellement un jouet entre leurs mains, tu sais, que mon sac sur le dos je rentrais par la rue du marché aux herbes, et je m'arrêtais dans le magasin de jouets comme si c'était mon chez moi, la commerçante était bien embarrassée en me voyant franchir le seuil de la porte...

- Et tu lui expliquais ?

- Il y a un moment où les explications ne servent plus à rien.

- Tiens, regarde Raf ! Une fille qui fume dans la rue ! Je trouve ça très vulgaire une fille clope au bec dans la rue !

- Entièrement d'accord avec toi, on devrait l'épouser, ou lui filer une gifle ça aurait au moins le mérite de faire tomber la clope.

- La fille que t'as en vue, parce que tu as bien une fille en tête, une fille en vue...

- L'amour n'est pas aveugle, Sam. Sans doute un peu myope. Il y a toujours quelqu'un en vue.

- Bon, cette fille, elle a la peau douce au moins ?

- Hé ho ! Je ne sors qu'avec des filles qui ont la peau douce et qui me font les 400 coups.

19:25 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Joli Superbement bien écrit

Écrit par : Alex | 26/12/2005

... en équilibre sur l'arête d'un prisme de crystal aux facettes déformantes...

Écrit par : crysalidea | 28/12/2005

Pas Joli .... Sir,
Sauret,
Terreau,
Philo de rien du tout,
Rien du tout de philo ...

Enfin Bref ... La nommination a finalement peu d'importance !

La nommination est tout comme le billet sur lequel je suis malheureusement tombée, d'un redoutable CONFORMISME ! Très petit, très déterministe, sans aucune reflexion nouvelle ... Un recopiage de vomis de paroles odorantes à chaque coin de rue.
Je trouve, je persiste à trouver que les facultés doivent imperativement revoir leurs critères de sélection.
A défaut de quoi nous courons vers l'ère (par excellence) de l'imbécilité humaine, dont incontestablement tu fais partie !

IL est je pense inutile que je me tarde à depenser la précieuse énergie que je possède, le message est on ne peut plus clair.
Enfin ?
Encore faut-il que tu aies la capacité d'y trouver le sens recherché.


Que ce commentaire ne t'empèche pas d'aller au dodo,

L'amie, d'un ami, d'un ami .... ( Comme quoi, le petit est Monde !)

Écrit par : Violine .... | 20/01/2006

Les commentaires sont fermés.