07/11/2005

/caché/

/ La réalité d'un instant par tout ce qu'elle impose, toutes les directions qu'elle condense et promet, pour celui qui en a conscience, ne peut être vécue que sur un mode épileptique. Une suspension. C'est l'expérience à la fois du scénario et du cadrage au cordeau, dénué de tout effet, du dernier film de Michael Haneke. Il y a un trop plein de réalité, un miroir qui nous renvoie ses hypothèses, ses malaises, une flèche qui nous montre une sortie de secours et qui dans le même temps dit que la sortie n'est jamais un secours mais plutôt un gouffre, une fin, un hors-présence. /
 
Caché de Michael Haneke (France)
avec Daniel Auteuil, Juliette Binoche, Maurice Bénichou, Annie Girardot...
1 h 57.
 
 
 

00:10 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Le vide... théâtre des non-dits Le vide d'une amitié pleine et entière... se trouve peut être dans les non-dits... pensée intéressante dans une conception de l'amitié qui porte le respect sur un piedestal.En effet, il existe des non-dits dans une amitié pleine et entière car le respect impose que certaines choses ne soient pas dites ou demandées et ce quel que soit le taux de symbiose.Peut-être que ce vide à son paroxysme est la seule chose qui empêche que la communion d'âme soit absolument totale.
J'aime la façon dont tu décris ce besoin d'écrire, le fait de défier l'arrogance du temps en couchant les mots sur le papier. L'écriture comme autant de passerelles au dessus de nos gouffres... pertinente image.
Le mot connaissance pour définir cette catégorie... ca entre dans ma propre conception des choses.
Pour moi il y quatre catégories de gens:-les ennemis, qui sont des gens que l'on identifie comme ouvertement hostiles.
-les connaissances(la majorité) qui sont des gens que l'on rencontre à des niveaux multiples avec qui l'on discute, allons parfois boire un verre,etc.
-les copains, qui sont des connaissances plus ou moins privilégiées, avec qui l'on partage plus de choses, et qui peuvent à leur stade ultime frôler implicitement le stade "ami".
Ce stade toutefois pour moi est unique, il n'est accordé qu'à une seule personne car à mon sens il implique une telle symbiose que l'on ne peut l'imaginer avec plusieurs entités.La fortune dans son incommensurable clémence pourrait à la rigueur permettre à un individu de la connaître deux fois mais au delà c'est minimiser toute la puissance et la mesure du concept selon moi.
Le tout dernier paragraphe de "la mécanique des fluides" me correspond tout à fait.
PS: tu es donc aussi un loup de Bruxelles... ca ne m'étonnes pas

Écrit par : Banur | 07/11/2005

De passage pour la première fois je suis assez impressionée par ton écriture
et le contenu de tes messages...
j'ai lu ton post précédent et me suis laissée emportée
par les situations que tu décris...
avec un peu plus de temps, je suis certaine de revenir te lire

Écrit par : crysalidea | 10/11/2005

Les commentaires sont fermés.