30/10/2005

/sur le fil/

U


n jour comme je crevais d'impatience de dormir tout contre elle, à bout de forces je lui avais dit :

/ Bon, alors si tu as mieux à faire de tes nuits, présente-moi au moins une copine belle et gentille qui voudrait bien d'un type comme moi /

Et elle m'avait répondu aussitôt :

/ Impossible mon amour, je n'ai que des copines belles et très cruelles /

Plus tard encore je lui avais écrit que la beauté, de toute façon, ce n'est que le produit de deux ; et quant à ses copines cruelles, qu'elle en mette une en ma présence et qu'elle nous laisse seule à seul… Alors elle comprendrait comment je suis capable d'enlever leur cruauté comme un accessoire, comme une robe tiens. Oui, voilà, je lui arracherais sa cruauté comme une robe.


19:37 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Un bel hommage... Pensée intéressante que celle de ton commentaire.Il peut être soutenu que dans cette logique celui qui bénéficie de l'exception serait anormalement fortuné, les autres se contentant de la norme constituée par la règle.Cependant, en faisant passer la norme dans l'exception, ne serait-ce pas accroître davantage le besoin et le frisson que cela procure
et ainsi corrélativement la sensation de désolation quand tel n'est pas le cas.Les gens vraiment riches constituent l'exception, pourtant dans un monde dominé par l'argent, ceux qui ne le sont pas spéculent sur leur infortune et leur malheur et n'aspirent qu'à devenir plus riche...
Avec divers arguments, les deux thèses pourraient probablement se défendre. Personnellement, j'aime rêver des rêves impossibles, car ceux qui ne le sont pas, deviennent très vite des buts pour moi.Il faut préciser également que dans cet état d'esprit, la notion d'impossible est temporellment modifiable et que donc il n'y a pas de cloisons étanches entre ces catégories.
Parlons maintenant de"in memoriam".
Il ressort de ce texte, une "émotion virile", une sensibilité(notion très souvent galvaudée) qui dégage de la force et de la sincérité et qui s'oppose à ce que l'on pourrait appeler de la sensiblerie, par essence faussée. La liberté dans l'honnêteté, ne pas se laisser enchaîner par l'hypochrisie et les faux semblants. La liberté, c'est un mot très souvent utilisé à bien mauvais essient, tous en parlent mais excessivement peu
arrivent à en saisir la pleine mesure. Voilà peut-être là le véritable trésor de l'homme, toutefois il requiert une contrepartie qui se mesure en sacrifices. "Pas de liberté sans sacrifice" c'est une maxime absolue.D'ailleurs la vie en société ne se complait pas beaucoup avec la notion véritable de liberté, car pour s'affirmer en tant qu'individu entier,
il faut nécéssairement s'insurger contre une certaine partie de notre environnement.Accomplir sa légende personnelle comme dit Paulo Coelho
dans l'alchimiste.La notion d'amitié est aussi très peu souvent comprise dans toute sa dimension, ceci en tout cas est une belle marque de respect, un bel hommage, un beau souvenir.
PS: le je repasserai (aussi) en réponse à mon dernier comm. est tout à fait un truc que j'aurais fait dans la même circonstance(au niveau de la forme donc)... j'ai bien aimé. A+

Écrit par : Banur | 30/10/2005

c'est de ce contraste là qu'il faudrait que tu te débarrasse ;)
je crois alors que toutes les jeunes femmes seront à tes pieds... même qu'elles s'arracheraient elles-mêmes leurs robes ;)

Écrit par : karine | 31/10/2005

/*/ *karine : comment définir quelqu'un(e) sans contraste ? Il faut, je crois, accepter les gens dans leur dichotomie sous peine de n'y rien voir... Le débat reste ouvert ;)

*banur : fasciné par la qualité de tes commentaires. très sophistiqué. tu es un observateur avisé. je partage l'idée selon laquelle on ne possède pas le bonheur comme une acquisition définitive. il s'agit à chaque instant de faire jaillir le feu de ce qu'on n'a pas. inversément, on désire rarement ce qu'on possède. c'est en cela que réside tout le foutoir de l'instant ;)
PS/ et puis d'ailleurs, qui êtes-vous ? comment avez-vous eu ce lien ?

Écrit par : raf/chien_de_lune | 01/11/2005

oui entièrement d'accord
mais peut etre que certaines personnes cachent ce qu'elles ont en elles, et c'est dommage ;)

Écrit par : karine | 02/11/2005

°]
"La déshabiller comme on épluche une pêche."

Écrit par : Melo | 02/11/2005

Mwè !!!!! Que tout cela est compliqué,moi qui aime la simplicité.
Quelle prolixité mon ami Banur,grand jazzman devant l'éternel.
Amicalement et à bientôt.

Écrit par : Duke | 03/11/2005

Les commentaires sont fermés.