01/10/2005

/she's got blood/

T


u vas y entrer. Respire par le ventre. Garde en mémoire la scène que tu as répétée tout à l'heure dans le métro. Reste toi-même. Sois détaché au début. Silencieux de temps en temps. Le silence suggère une grande fragilité. Un coeur d'enfant en attente d'une histoire sublime.

 

Ne pas faire les choses à moitié. Prendre une douche. Changer de vêtements. Arriver en avance. Dans la rue, répondre aux regards sournois avec conviction. Oublier les répliques habituelles pour mieux les murmurer. Paraître le plus sincère possile. La sincérité, c'est important. Même si elle est la forme parfaite de l'illusion. Déambuler avec du violon roumain dans les tympans. Comme pour donner une cariole à ton ardeur. Soigner tes mouvements. Faire en sorte qu'elle ne s'en aperçoive pas directement. Sourire. Vérifier qu'elle n'a pas laissé un message de dernière minute. Un message de dernière minute signifie toujours la même chose. En fait, je ne viens pas. En fait, je refuse que tes lèvres se greffent à ma vie, je refuse ton sexe dans ma bouche, je refuse de soupirer sous un corps nouveau, je refuse de devenir folle, je refuse ton visage gêné à l'instant où ton cerveau inventera une excuse pour t'en aller, je refuse ma jalousie et ta future inconstance.

 

Suzy est là, pourtant. Radieuse et naturelle. Au fond de la galerie, son regard s'est posé dans l'instant. À ce moment précis, toujours à ce moment précis, tu sens le feu envelopper tes joues. Respire. Pense aux grands espaces. Un souffle après l'autre, essaye de dénuder les rangées de traits alphabétiques qui sortent de sa bouche en rotation. Suzy. Tout est là. Contenu en un seul mot. En un seul nom. Elle s'excuse du peu, de l'embarras de la situation. Tu t'en fous. C'est le principal. La sincérité, c'est important. D'ailleurs, peut-être qu'elle n'a pas remarqué la peur infâme qui te tord, peut-être que ce matin, sa première pensée fut pour ce rendez-vous, peut-être a-t-elle envie de toi, peut-être est-elle amoureuse, après tout, peut-être même que si elle t'a laissé ce mot, pour le monsieur d'en bas, c'est parce que tu étais réellement sympa et marrant ce jour-là. Peut-être que tu as raison depuis ton enfance. Peut-être que la terre est minuscule et qu'il était inévitable que tu croises cette fille un jour dans un magasin.

Cette fille et personne d'autre.

 

Il existe une autre possibilité. Un trou de mémoire. Une folie passagère. Ce doit être le prix que tu payes pour faire turbiner la boîte à rêves. Suzy. Une fille improbable. Un personnage de roman. À ton stade, le réel ne compte plus, n'est-ce pas? En spectateur mystérieux, tu as cru être acteur. Tu as cru toutes ces histoires, ces aventures, ces boniments.

 

Peut-être n'y a-t-il jamais eu de rencontre, peut-être n'a-t-elle jamais renversé de thé sur ton veston. Se lever, scruter la salle. Vérifier sous les fauteuils. Enfin, ton cellulaire. Trouver son numéro. Un numéro étrange, avec plein de zéros partout. C'est presque mauvais signe.

Un problème de connexion. Un simple problème de connexion. Un coup de l'opérateur. Le Grand Opérateur de l'Univers, évidemment. Il faudra faire quelque chose, un jour, contre les opérateurs.

"Y a-t-il une vie après Suzy ?"

 

Griller une sixième Lucky. Tirer sa chance sur 7 milligrammes d'inassouvissement. S'en moquer. Effacer le bonheur et son idée.

Partir sans laisser de traces.

Louer Une femme est une femme en DVD. Ne pas réveiller ses voisins. Prendre un cachet pour dormir. Voilà, c'est beaucoup mieux.

À la semaine prochaine.

 

00:55 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Tout arrive !!!! T'es r'venu toi ? Content le duke.

Écrit par : Duke | 02/10/2005

Un coeur d'enfant en attente d'une histoire sublime. :)

Écrit par : karine | 04/10/2005

°] Le chien cherche sa
Nouvelle Lune.

Écrit par : Melo | 06/10/2005

et si tu laissais ta ptite copine et que tu donnais des nouvelles ... ;))

Écrit par : karine | 11/10/2005

Qui sait Tien,et si finalement dans ce magasin tu ne t'étais arreté qu'à ELLE...

Écrit par : chienne-de-vie | 17/10/2005

la sincérité n'a pas de semblant.Elle convainc même son auteur.
Cherchez l'erreur .
A l'intérieur.

Écrit par : -!- | 18/10/2005

La sincérité, l'illusion, la réalité... Il y a une âpreté dans le détail, une crue réalité, et pourtant une douceur subtile comme pour l'accompagner.Intéressant la façon dont voit l'adulte
avec l'infaillible confiance de l'enfant en l'inéluctabilité de son destin et pourtant en même temps le retour a la frontière difficilement tracée entre le réel et l'illusion( c'est-ce vraiment passé?).
J'ai pas mal aimé la façon dont s'est narré aussi et le coup de je m'en grille une, je m'en balance et au revoir réalité factice a travers le prisme de mon "délire".
Je repasserai.

Écrit par : Banur | 19/10/2005

/*/ Merci pour vos commentaires. Belles surprises.
Réaction un peu tardive, oui.
J'étais très occupé à vivre.

with luck & energy,

Écrit par : raf/chien_de_lune | 30/10/2005

Les commentaires sont fermés.