07/06/2005

/the ticket that exploded my brain/

// Si la disparition d’Aldous Huxley, auteur du cultissime Meilleur des Mondes, est passée totalement inaperçue, c’est à cause d’une maladresse historique : il a rendu l'âme le même jour que John F. Kennedy. Les médias ayant toujours préféré les effusions de sang aux morts naturelles...
Ce jour là, 22 novembre 1963, Huxley, en phase terminale d’un cancer, demande à sa femme Laura deux doses de LSD pour adoucir la dernière ligne droite, ainsi qu'un bouquin, l’Expérience psychédélique de Timothy Leary, qui y cite abondamment le Livre des morts tibétain. Trop fatigué pour parler, il griffonne sur un papier : "LSD - try it - intramuscular 100 micrograms". Ce sont les derniers mots d’Huxley, pour qui, l'absorption de cette drogue entraînait un élargissement du champ de conscience permettant non seulement de faire l'expérience du divin, mais de provoquer un changement radical de la société.
Cette sacralisation participe de la démarche classique des toxicomanes mystiques désireux de donner une dimension religieuse à leurs "trips". L'occultiste Aleister Crowley avait précédé Huxley dès la fin du XIXe siècle. De secte en secte (Golden Dawn, l'OTO, etc.), Crowley pensait trouver dans la drogue le moyen de communiquer avec les anges, quand ce n'était pas avec le dieu Pan...
Mais que se passe-t-il quand un homme de lettres croise le chemin de la plante sacrée ?
Ernst Jünger, grand écrivain allemand du XXème siècle, s'acoquine avec Albert Hofman, inventeur du LSD à Bâle en 1943. Ce dernier lui refile une petite dose. Trop petite, sans doute : «En comparaison du tigre mescaline, votre LSD n’est qu’un vulgaire chat domestique», lui écrit Jünger. Qui changera d’avis après absorption de buvards plus chargés. Un jour, Jünger invite Hofman chez lui pour un "symposium champignons". Il raconte : «Le champignon commençait à agir; le bouquet printanier brillait d’une lumière plus vive, qui n’était pas naturelle. Dans les angles, des ombres se mouvaient, comme cherchant prendre corps. Je me sentis oppressé, frissonnant aussi, malgré la chaleur que répandaient les carreaux de faïence. Je m’étendis sur le sofa et tirai les couvertures par dessus ma tête.»
C’est tout le problème, ou l’avantage, du trip : on ignore tout de l'origine à la destination finale, on peut déraper en vrilles de cauchemar ou percevoir en un éclair l’unicité des énergies du Monde. Après le pari de Pascal, le pari du mezcal.
Dans le cas Jünger, l’écrivain nietzschéen découvre l'esthétisme kaléïdoscopique de la vie, traverse comme des milliers de futurs hippies des rideaux scintillants, incandescents, pendant que les objet de verre lui parlent, avant de percuter une hallu de pute charnue : "La mère maquerelle traversa le rideau; elle était occupée et passa sans me remarquer. Je vis ses bottines aux talons rouges. Les jarretières sanglaient en leur milieu ses cuisses épaisses; la chair pendait en bourrelet par-dessus. Les seins monstrueux, le delta sombre de l’Amazone, des perroquets, des piranhas, des pierres semi-précieuses partout…". Là où, en fait de "conscience élargie", les visions d'Huxley sous mescaline étaient d'une grande platitude : l'arrêt des voitures sur un boulevard, c'est la "Mer Rouge" qui s'ouvre enfin…, les toits et les cheminées luisant au soleil deviennent les fragments de la "Nouvelle Jérusalem"…
Ces anecdotes et citations figurent dans un recueil captivant sur les hallucinogènes : Les voix de l’extase, l’expérience des plantes sacrées en littérature. Trente textes d’écrivains, réunis par Pierre Bonasse, universitaire, chercheur en sciences humaines, spécialiste des états altérés de la perception. Des textes qui décrivent des expériences chamaniques (peyotl, ayahuasca, champignons et iboga), des visions, des voyages, des prises de conscience. Signés Artaud, Huxley, Michaux, Duits, Castaneda, Burroughs, Witkiewicz, bref tous les archimondains, ainsi que quelques méconnus dont le vaillant Vincent Ravalec qui semble ne pas avoir goûté en vain l’iboga (racine chamanique) du Cameroun : "Ce que j’avais lu était bien en dessous de la réalité. On pourrait comparer l’expérience chamanique à une psychanalyse à la puissance dix."
Le tout est judicieusement illustré par des peintures d’indiens Huichol, grands connaisseurs du champignon, et des dessins originaux de Ian Kounen (le réalisateur de Blueberry & d'une série de documentaires sur des thèmes avoisinants).

Pierre Bonnasse, Les voix de l’extase, l’expérience des plantes sacrées en littérature, 272 pages, 30 € (éd. Trouble-Fête)



>> parallèles : Charles Duchaussois, Flash ou le grand voyage, 5,70€ (Le livre de poche).
Témoignage romancé d'un fils du pavot. On y découvre Katmandou à la fin des années '60 et l'évocation saisissante de l'univers des drogués: l'opium et le hachisch qui font "planer", le "flash" de la première piqûre, le "grand voyage" du L.S.D.. Rare, intense, consciencieux, compatissant.

William S. Burroughs, Lettres du Yage, 1,50€ (éd. Mille et une nuits).
Les Lettres du Yage, adressées à un jeune poète new-yorkais alors inconnu, Allen Ginsberg, content les incidents picaresques qui amènent Burroughs à découvrir à travers la jungle amazonienne le Yage, drogue "télépathique" employée par les sorciers indiens pour retrouver les objets, les corps et les âmes perdus. Correspondance explosive qui donnera naissance au Festin nu, et deviendra l'un des textes mythiques de la Beat Generation, les Lettres du Yage sont aussi un magnifique cut up poétique : "Je me meurs, Mister ?". (4ème de couverture) PS/ tirage sans doute épuisé...

>> walk on the web side : L'Aldous Huxley - Soma Web est bien plus qu’un simple site. Ce qui tombe bien, car Aldous Huxley est bien plus qu’un simple écrivain. Chose que Matthew A., le webmaster américain de cette page a compris en nous proposant de nous laisser conduire dans le monde hypnotique, intellectuel, satirique, spirituel et philosophique d’Aldous Huxley. L’auteur des Portes de la perception, l’un des premiers expérimentateurs du L.S.D. 25 et le véritable initiateur de la révolution psychédélique, le philosophe féru de religion et de science (il poussera le vice jusqu'à intégrer une communauté mystique en Californie…). Tous les aspects de l’homme sont ici savamment répertoriés dans une liste de liens longue comme un jour sans imagination, pour permettre à l’internaute de trouver son bonheur. Un véritable "portail de la perception huxleyienne" !
http://somaweb.org/

18:27 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Programme Le programme est posté sur mon blog.

Écrit par : Duke | 07/06/2005

ta ta ta c'était rien que pour moi !!! ;)))
ok je sors... bon non en fait... je vais lire le second

Écrit par : imagine | 10/06/2005

tube8
juuueuye3 3 hh3hdh3ed h3hwwedh3hd3 3hed3edh3w

Écrit par : hetraifaer | 13/07/2010

Les commentaires sont fermés.