21/05/2005

/nous autres/

// Sam passe dans la cuisine chercher une bière, je lui demande de l'aide. /Tu veux jouer, tu te démerdes/, il répond. /Aigri/, je fais. /Publicitaire/, il répond. /C'est toi le publicitaire./ C'était moi le publicitaire, C'ETAIT MOI./ Il gueule ça au-dessus de mon crâne, je pige qu'il m'en veut à cause de Flo, exclue par mes soins, Flo qui du coup se retrouve à dormir dans le mobile home de Sam.
/Raf, est-ce que tu réalises que ce soir je vais essayer, je dis bien essayer, de passer la nuit sur le même matelas que ma soeur à cause de tes conneries?/ Quelles conneries?/ Tu devines pas./ Non./ Les mêmes, exactement les mêmes qui font que j'en suis là aujourd'hui, précisément ce soir./ Silence méprisant de ma part. / T'es pas amoureux d'elle, Raf. T'es amoureux parce que c'est ton état naturel d'être amoureux, parce que tu n'as trouvé que cette formule pour te faire un peu moins chier./
Dans cette cuisine, Sam ne pense qu'à la fin du repas. Les cigarettes écrasées dans les assiettes à tapas, le vin blanc qui commence à faire son effet. Il connaît les jours d'après. Les réveils difficiles, les trahisons discrètes et progressives. Il en a sa dose de laisser un mauvais souvenir. Il est à vif de ces mensonges-là. //

16:30 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.