19/06/2004

/Manray/

 

SGGEGG9GGGEGGGGEEG8WMM#EGGEEEgEE8E8g888ggggggWWWWW

Gg8G8g8WWWWgEg8ggg#Y :cSMM#E@@@MMWWWWWgWWWWWWWW##W

9gWWg#g#gggg8ggg#gW,@@@#@WG:.:s#@MWgWggWWWWWW#W###

E#WWW#WWW#WWgWg8WZ#Za@@W#gEWcWGaEM@WgWWWWWW#WW##W#

E#gWWWWWWWWWgggg#8agE7S@gG7W@GzY: @WWWWgWWWWWWW###

E#Wg##W#W#WWggggg@#S@@2Xz@@7#ZS29sWMWWWWWgWWWWW#WW

gM##W#W#WgWWgggWMM@ZEG##Ez7YrczSz.g@####W###W##WWW

g#WgWWWWWWgg8ggW#:,YzEgEG@@@#S2c c@MW###M#########

g##W##W###WWgWgg#@aa2csS9Gz2EGZYZ@@##WWW#########W

g#####WWW#WWg8Wg#Mg77Y2Z8EzsX7:M@@#####W####W####W

W######W###WWgWgWW@zzaGgE8az7Y;@@@@@@@@MM#M#######

W########WWWWWM@@@@@@@@W2zzscY: s@@@@@@@@M########

WM########WWW#@GXYX2zY;Ycccc77cY;       @@####W#WW

g#####WM#####@9Y777777ccccccszzzs7cccz2 7@#######W

W###W####WWWW@E22zzzsc77sss77XXzs7cccYY z@#W#####W

WM###M#MM####@#Z2aaz7cXssXssX7c77X7c77c E@###W###W

WM############ME2aa2zsXsc77XXss7c77X777 M@########

WM##W####WW###M#Z22SazXs7ccsX7Xs77777XY,@M#######W

W#############@WS22aa2zs777Xzs7sXXXssc @@M########

W####WWWW#WW#WM@Zzz222zX7XXszsXs77XsX.W@@M#WW####W

W#########M##W#@Zs2aSaazX7XzsX7X7X7Xr @@##########

W#MM##MM#######@gsSaSXr::r722c::,r77,z@MM#########

W####W#W####WWWM@222s7@@@r7zz7@@@.Y7 @@###########

##########W#WWW#@Zazr@8 ;:szXr, @8:c @@##########W

WMM##########W##@E2s,@WYXc7ssz7.g@ Y @@###########

WM###W##W##W##WM@Gsa @rc7X7ss77Yr@ 8 @@M#########W

W#####M######WW@@GS@M8rXcXXssXcc.a#@ @@#W######WWW

##########M##WM@W9277cXsXs77XXX7Y: . c@@M######MM#

######W####W#M@#az222ssX7777sXXXcccc7 z@@@M#######

############M@gazz222X7XXszXssX7c77c7r 7@@@M######

######W#W###MWGzszzzs7777Xs7szXXXsX77r; s@8@M#####

#M####WM#MM#Mgg92a22sXXX77X7Xzz7sszss7Xc 9M9@MM#M#

W###MMMM@GMMWEGZz2222zs77YYYY7sXsszz2zzs,cWG@MW##W

WWWgWggWgZ@MW88GSz222ssXXX7cYYc7Xszzzzzs:@88W@##WW

#MMMMM#MW8@@#Wgg9aSa2zX22z2z2ss7sz2zz2zYG@gaS@#M##

WMM#E#@#M27@@#gE9zssXcrXXS@9a2zzsXzszsr8@@Y99@@@@@

#MM@@#8@M@@@gM@@@@@@WEZas9@Z2ssXs7cY7a#@9sr@GXza2z

GGZZEEGEEGG9ZEGZ2aza9ZS92c7czZ8GEg@@@@gSg@E@@2as7z


/Je photographie ce que je ne désire pas peindre, et je peins ce que je ne peux pas photographier/

19:30 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

/transeuropean express/

Berlin & Szczecin & Gdańsk & Malbork & Toruń & Włocławek & Warszawa & Łódz & Kraków & Wieliczka & Zakopane & Ostrava & Praha & Brno & Wien & Bratislava & Budapest & Pécs & Zagreb & Ljubliana & Rijeka & Zadar & Split & Dubrovnik & Sarajevo & Beograd & Nis & Sofija & Plovdiv & Burgas & Varna & Constanta & Bucaresti & Ploiesti & Brasov & Tirgu Mures & Cluj & Oradea & Debrecen & Budapest & Bruxelles


16:15 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

/le respect des femmes à Budapest/

L'ÉVASION est décidée.
J'ai donné ma démission, résolu d'en finir avec cette vie servile et fallacieuse. J'ai enfin décidé de devenir le type que j'avais toujours été curieux de connaître. Partir, bifurquer aussi loin que pourra me porter ma fortune. Enfin je vais vivre dans la peau d'un grand fauve humain, surveiller, partager, accompagner sa vie, ma propre vie. Y tremper. Y prendre part. Dévoyé, déséquilibré, certes, mais dans quel sens ? Rafal. Amoral. Hors la loi. Insatiable pourfendeur de frontières terrestres. Je quitterai Bruxelles sur le coup de midi, par une belle journée de juillet, me cacherai dans un train de marchandises. Etendu sur une plate-forme roulante, mon sac sous la nuque, les genoux croisés haut, je me laisserai absorber par la contemplation des nuages tandis que le convoi roulera vers l'Est. Je suivrai les chemins tracés par l'épreuve du temps et la sueur des hommes. Les chemins d'acier, de vapeur et d'écume. Je m'emplirai les poumons, soufflerai toute ma joie. Nu. Les champs d'avoine, la mer, la ville nouvelle, les chiens d'argent, la nuit, les toits. Et là-haut, la petite sonde Ulysse filera à des milliers de kilomètres par seconde et continuera son voyage à travers le système solaire, et, même à cette vitesse, elle en aura pour des années avant d'atteindre le Soleil et je me dis qu'elle est finalement dans la galaxie une espèce d'invité mystère qui ne baisse pas les bras et affronte des périls beaucoup plus sidérants que ceux qui se dresseront sur ma route. Mais cette fois, c'est la bonne. Il n'y a plus matière à fantasmer.
 
- J'aimerais te revoir.
- Oui, moi aussi.
- Au Soleil, par exemple...
- /.../ C'est bizarre. Comment savais-tu ?


14:56 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/06/2004

/*/

*sténopé n.m. (du gr. stenos "étroit" et ôps "oeil"). Photogr. Technique ancestrale de production d'images devenue populaire dans les pays anglosaxons, le sténopé ou camera obscura (lat. "chambre obscure") est un appareil photo sans objectif. Dépourvu de lentille, seul un trou d'épingle laisse passer la lumière pour former l'image sur une feuille de papier sensible placée au fond d'une boîte. La maîtrise de cette technique photographique se rapproche de l'acquisition d'un nouveau langage, à la fois universel et varié. Ce langage se distingue immédiatement des idées préconçues que l'on se fait de la photographie et de son utilisation courante. Tout d'abord chacun parcourt la mystérieuse fabrication des images. On n'appuie pas sur un bouton sans connaître ni l'avant, ni l'après de la prise de vue :

- on "fabrique" son boîtier, on s'interroge sur la lumière, on trouve les bases techniques fondamentales.

- à la prise de vue, on ne vise pas, on est dans un champ, on n'est jamais ni complètement derrière, ni complètement devant.

- pas de déclic mais des temps de pose de plusieurs minutes, parfois des heures envahies par la rêverie.

- enfin dans le laboratoire, on découvre sur le négatif et le positif que l'on tire, les déformations, la profondeur de champs et les mouvements de cette image "cinématographique" qu'est l'image sténopé.
Confrontée, cachée, déchirée ou accrochée en trophée mystérieux, cette image rouvre les possibilités d'interprétation de son passé, de son territoire et de son actualité. Elle est si originale et inattendue qu'elle permet souvent d'aborder des sujets tabous, de soulever des interdits et des pudeurs parce que jamais elle n'exhibe la réalité comme une donnée "objective". Le sténopé c'est la rencontre entre le rationnel et l'imaginaire, alchimie des formes et du temps qui ne s'enferme pas dans un cadre, une définition, une morale ou un jugement. Le sténopé est une interrogation sans cesse renouvelée.





23:51 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2004

/moon palace/

La lune est bien vivante, Jim. Moi, j'te l'dis !
Regarde : y font qu'faire la fête là-haut.
Toute la nuit...


20:58 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |