19/06/2004

/le respect des femmes à Budapest/

L'ÉVASION est décidée.
J'ai donné ma démission, résolu d'en finir avec cette vie servile et fallacieuse. J'ai enfin décidé de devenir le type que j'avais toujours été curieux de connaître. Partir, bifurquer aussi loin que pourra me porter ma fortune. Enfin je vais vivre dans la peau d'un grand fauve humain, surveiller, partager, accompagner sa vie, ma propre vie. Y tremper. Y prendre part. Dévoyé, déséquilibré, certes, mais dans quel sens ? Rafal. Amoral. Hors la loi. Insatiable pourfendeur de frontières terrestres. Je quitterai Bruxelles sur le coup de midi, par une belle journée de juillet, me cacherai dans un train de marchandises. Etendu sur une plate-forme roulante, mon sac sous la nuque, les genoux croisés haut, je me laisserai absorber par la contemplation des nuages tandis que le convoi roulera vers l'Est. Je suivrai les chemins tracés par l'épreuve du temps et la sueur des hommes. Les chemins d'acier, de vapeur et d'écume. Je m'emplirai les poumons, soufflerai toute ma joie. Nu. Les champs d'avoine, la mer, la ville nouvelle, les chiens d'argent, la nuit, les toits. Et là-haut, la petite sonde Ulysse filera à des milliers de kilomètres par seconde et continuera son voyage à travers le système solaire, et, même à cette vitesse, elle en aura pour des années avant d'atteindre le Soleil et je me dis qu'elle est finalement dans la galaxie une espèce d'invité mystère qui ne baisse pas les bras et affronte des périls beaucoup plus sidérants que ceux qui se dresseront sur ma route. Mais cette fois, c'est la bonne. Il n'y a plus matière à fantasmer.
 
- J'aimerais te revoir.
- Oui, moi aussi.
- Au Soleil, par exemple...
- /.../ C'est bizarre. Comment savais-tu ?


14:56 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

:) bonne chance ;)

Écrit par : imagine | 19/06/2004

Écrit par : | 19/06/2004

/heureux qui comme.../ merci Imagine... saisir la chance, porté par le vent, cent paysages, tranquillement.

Écrit par : moondog/chien de lune | 19/06/2004

Les commentaires sont fermés.