18/04/2004

/livresse/

/ Nicolas Rey est l'un des seuls à expliquer à ses lectrices qu'éjaculer n'égale pas forcément jouir, qu'émission de sperme ne vaut pas quitus. Et que même chez les très mâles, très brutes, chez ces salauds de mecs si basiques, si limités, l'insatisfaction a droit de cité. Rien que pour cela, pour cette contribution essentielle à la parité, la vraie, il mérite d'être sauvé. /
 
extrait de l'article-portrait "Mâle d'amour", LE VAILLANT Luc, Libération, vendredi 09 avril 2004
 
...
 
NICOLAS REY
Ecrivain et journaliste français, «électron libre» autoproclamé, spécialisé en crise de la trentaine. Ex-bébé Beigbeder, il agace par son dandysme et séduit par sa mélancolie masculine.

Né en 1974
 
/Bio en vrac/

 
Ses parents étant soucieux de son avenir, Nicolas Rey entame un cursus qui est loin de lui plaire. Prépa HEC, école de commerce, il aspire néanmoins à devenir scénariste ou réalisateur. Il se résigne compte tenu des difficultés qu'il rencontre à intégrer le milieu cinématographique. Son romantisme inextinguible lui permet de s'adonner à l'écriture. Son second livre 'Mémoire courte' reçoit le Prix de Flore, il en devient dès lors membre du jury. Souvent affublé de termes peu dithyrambiques, tel "branché non audacieux", Nicolas Rey n'a de cesse de s'essayer à différentes disciplines. Débutant sur France 3, il écrit quelques bandes annonces, il sera également chroniqueur pour 'Tecknikart' avant d'être reconnu comme journaliste. Depuis, il travaille pour quelques émissions et magazines de renom : 'Culture et dépendances', 'Zurban', 'Figaro'… Sa plume séduit ou irrite mais ne laisse guère indifférent. Des critiques voient en lui «le Fitzgerald des freezers et des lotissements».
 
attentats littéraires :

> Treize minutes, 1998,
> Mémoire courte, 2000
> Un début prometteur, 2002
> Courir à trente ans, 2004
 
tous publiés aux éd. Au Diable Vauvert



13:09 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.