16/04/2004

/livraison/

Pour les textes, voilà ce que ça donne...
 
Supplique : aie pitié de moi, diable vauvert.
 
/ Notre Auber qui êtes Jussieu
Que Simplon soit Parmentier
Que Ta Volontaires soit Place des Fêtes
Que Ton Rennes arrive
Sur Voltaire comme Courcelles
Donne-nous Galliéni notre Havre-Caumartin
Et ne nous soumets pas à la Convention
Cambronne-nous nos Défense
Comme nous Odéon à ceux qui nous ont Maraîchers
Délivre-nous des Halles,
Miromesnil. /

 
Sinon...
 
Sinon, reste l'ébauche du "chien". Je crois que les gosses vont aimer mais je ne suis toujours pas satisfait.
 
/ Lorsqu'il découvre le chien de sa voisine transpercé d'une fourche, Trelele Peck décide de retrouver le meurtrier. Mais son enquête va bouleverser le délicat équilibre de l'univers qu'il s'était construit : sa mère n'est pas morte, elle est partie vivre à Londres avec le mari de la voisine; son père lui a menti. L'univers de Trelele Peck se fissure. L'enquête alerte, truffée d'inventions et de tendre drôlerie, révèle alors d'immenses réservoirs de souffrance et de courage chez le jeune garçon qui, magnifiquement obstiné, poursuit son but coûte que coûte. /
 
Enfin, tu vois, ça risque d'être un peu pataud en 4ème. C'est chiant les commandes... Suis perplexe.
Dis-moi quoi.
...
Bon, je dois déjà te laisser.
Rdv à de Wand.
 
Embrasse Milos. Dis-lui que sa musique reste belle. Manque encore les cordes, mais ça ira.
 
Prends soin de toi.
A ce soir. raf.




18:20 Écrit par chien_de_lune | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.